Ma petite plume magique

28 juillet 2010

La découverte du grenier

J’adore lire !

Cette passion me vient de ma mère et de mon grand-père. J’ai de la chance ! Chez moi, il y a un grenier rempli de livres.

J’ai découvert cette pièce, il y a deux ans, lorsque j’avais six ans. Jusque-là, je n’avais pas le droit de m’y rendre parce que mes parents avaient peur que je me fasse mal en y accédant. Ma mère ne cessait de me répéter :

- Paco, tu ne dois pas monter l’escalier ! Tu risques de te faire mal ! Les marches sont étroites et, à certains endroits, il y a des fissures qui se forment.

Un jour, alors que mes parents m’on laissé seul à la maison, j’ai bravé l’interdiction. En montant, les marches mon cœur s’emballait un peu. Je me souviens que j’ai attendu un moment avant d’ouvrir la trappe. J’avais un peu peur mais ma curiosité allait l’emporter. Il fallut que je m’y prenne en plusieurs fois pour l’ouvrir. Elle était lourde ! Comme avec mes mains je n’ya parvenais pas, je me suis accroupi et c’est avec mon dos que je l’ai poussée. Si mes parents m’avaient vu, je crois que je me serai fait plus que crier. Lorsqu’ enfin, la trappe s’est ouverte, je me suis retrouvé dans une pièce obscure. Je me suis dis : «  Zut, il faut que je redescende ! » Je n’ai pas perdu de temps. Il m’était compté. Mes parents allaient revenir rapidement. Je me suis rendu dans ma chambre et j’ai pris ma lampe de poche. J’ai eu de la chance, je l’ai trouvé du premier coup ! Pourtant maman me dit que c’est toujours un capharnaüm chez moi. J’ai repris l’escalier. Je crois que j’étais encore plus excité que la première fois. Quand j’ai éclairé la pièce, j’ai découvert des milliers de livres : des tout-petits, des gros, des anciens, des modernes, des classiques. On se serait cru dans une bibliothèque sauf qu’ici ce n’était pas du tout rangé. Les livres étaient tellement nombreux que je ne savais pas où mettre les pieds. Ma première exploration a été de très courte durée car j’ai entendu la voiture de mes parents se garer. Je suis vite retourné dans ma chambre.  Je me suis allongé sur mon lit. J’ai eu beau fermer mes yeux, ce que je venais de voir rester en moi. A partir de ce jour, je me suis dis que si je pouvais y retourner je le ferai.  

Posté par Christine-G à 13:02 - Projet à la recherche d'un éditeur - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire